Les organismes consacrent de lourds moyens à suivre les revenus des locataires afin d’imposer des surloyers au-delà de certains seuils prévus par la loi.

“C’est du gâchis, le fisc pourrait transmettre directement ces données, regrette le député LREM François Jolivet.”
Ce surloyer, sujet à des dérogations, reste peu appliqué selon la Cour des comptes, qui déplore le manque de rotation des locataires au sein du parc social français.

Pour y remédier, des mesures visant à encourager la mobilité sont prévues dans le projet de loi attendu début mars, qui doit aussi réorienter des fonds vers les organismes accueillant plus de locataires fragiles.

Voir l'article complet

"La vérité sur les gaspillages des offices HLM et leur trésor de guerre"

Voir aussi ...

Retrouvez ma tribune dans la Revue parlementaire : "Le Logement pour tous”.