“Jérôme, Mathias, Alexis, Maggy, Pascal, Matthieu, Marielle sont les prénoms, parmi d’autres, de policiers qui ont mis fin à leur vie.”

Monsieur le ministre de l’intérieur, « la garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ». C’est le principe qu’a posé le législateur de 1789. Pour lui, sans sécurité, pas de libertés.

La force publique, aujourd’hui baptisée « forces de l’ordre » ou « forces de sécurité intérieure », rassemble des femmes et des hommes qui ont pour mission de rassurer, de protéger et de sauver. De tout temps, en tout lieu, sur tous les fronts, elles agissent.

Sur le front de l’ordre public, elles font face à des situations violentes. L’usage récent de mortiers d’artifice contre elles en témoigne. À la fin des manifestations, les actes violents deviennent récurrents. 

Sur le front de la sécurité du quotidien, elles deviennent des cibles.

Sur le front social, elles sont le réceptacle de bien des malaises individuels ou collectifs. Par ailleurs, elles sont devenues les otages d’un magma médiatique et politique les jugeant et les condamnant, avant même l’ouverture d’enquête. 

Si les dérives de quelques-uns ne sont pas contestables, cela ne doit pas jeter l’opprobre sur la très grande majorité d’entre eux. Cette majorité a besoin d’être rassurée et de retrouver le sens de sa mission et de sa vocation. Elle a besoin de votre soutien, monsieur le ministre, et de celui du Gouvernement.

Jérôme, Mathias, Alexis, Maggy, Pascal, Matthieu, Ludovic, Frédéric, Olivier, Marielle sont les prénoms, parmi d’autres, de policiers qui ont mis fin à leur vie. 

Parce que le métier évolue beaucoup, la prise en compte du risque de suicide doit devenir un souci permanent de l’ensemble de la chaîne hiérarchique. Le suicide d’un membre des forces de l’ordre ne doit pas devenir une habitude sourde.

Monsieur le ministre, comment comptez-vous redonner un sens et une lisibilité à l’action des forces de l’ordre et prévenir le risque de suicide de celles et ceux qui nous protègent ?