Retrouvez ma question écrite, adressée à Madame la Ministre Elisabeth Borne, sur les enjeux du projet de loi “Mobilités” :


M. François Jolivet attire l’attention de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, sur les enjeux du projet de « loi Mobilités ».

C’est un fait, il existe aujourd’hui dans certains territoires une inadéquation entre la localisation des logements et l’offre existante de transports. Les Français attendent beaucoup en matière de mobilités, notamment en zone rurale. Il est donc plus que jamais nécessaire de porter la voix de ces territoires dont certains opposants se sont autoproclamés ambassadeurs.

Cette « loi Mobilités » doit d’abord être une réussite dans la méthode. Le département de l’Indre a récemment eu à subir la fermeture d’une maternité suite à une décision brutale de l’agence régionale de santé et sans aucun contact préalable avec qui que ce soit. Ce sont des méthodes qui ne sont pas acceptables et qui ne sont plus acceptées dans les territoires. Il convient d’adopter une vision pragmatique des problématiques, en tenant compte des spécificités de chaque territoire en matière de mobilité.

Ce projet de loi doit aussi être une réussite sur le fond. Il doit apporter des réponses pour améliorer la mobilité des Français dans un contexte rural et périurbain concret, notamment avec le développement du covoiturage, la mise en place par les entreprises de « forfait mobilité » et le développement du télétravail qui rapproche aujourd’hui tout ce qui est loin.

Il lui demande quelles sont les mesures concrètes pour sortir du spectre des « zones blanches de la mobilité » et apporter partout des solutions à ceux qui se déplacent chaque jour pour travailler.