Si l’appel au calme et à la raison a globalement été entendu, je condamne avec la plus grande force les quelques actes de violence commis par des ennemis de la démocratie qui ne revendiquent rien et qui ne représentent personne. Ces exactions doivent cesser pour ne pas brouiller le message des gilets jaunes et les concertations futures.

Nos forces de sécurité intérieure, dont je salue le travail et le sang-froid, ne peuvent être éprouvées de la sorte chaque semaine malgré leur professionnalisme pleinement démontré aujourd’hui. Ils méritent l’admiration de la Nation.

Le dialogue est la condition essentielle de notre réussite commune. Les concertations à venir doivent se dérouler dans la sérénité la plus totale : je ne doute pas de notre capacité à trouver des solutions politiques à cette colère “qui vient de loin”.