L’anarchie ne sera jamais un moyen pour faire vivre la démocratie.

Je voudrais remercier les trois forces de sécurité intérieure, la gendarmerie nationale, la police nationale et les sapeurs-pompiers qui encore au moment où j’écris agissent pour rétablir l’ordre face aux agissements inadmissibles commis sur bon nombre de territoires français et notamment à Paris.

Je condamne ces exactions et j’observe que peu de mouvements politiques ont condamné ces faits.

Je pense aussi aux victimes, victimes parmi les forces de sécurité intérieure, victimes parmi les gilets jaunes venus manifester sagement, victimes parmi celles et ceux qui ont perdu leur véhicule et leur commerce ce soir, victimes aussi les contribuables de France qui devront payer les dégâts occasionnés au domaine public.