Après plus de 30 ans de mauvaises décisions, ou d’inaction, qui ont largement complexifié le rapport des Français avec leurs services publics – tant en matière d’égalité, de continuité ou d’inadaptation du service rendu, une action politique était autant nécessaire qu’attendue.

Largement exprimée dans le cadre du Grand débat national, l’exigence légitime d’un service public plus proche mais surtout plus humanisé était pressente.

Il fallait remettre sur le terrain des agents en capacité de résoudre les problèmes du quotidien.

Les espaces France services vont proposer à minima les démarches relevant de ces organismes :

  • Caisse d’allocations familiales ;
  • Ministères de l’Intérieur, de la Justice, des Finances Publiques ;
  • Caisse nationale d’Assurance maladie ;
  • Caisse nationale d’Assurance vieillesse ;
  • Mutualité sociale agricole ;
  • Pôle emploi ;
  • La Poste.

Je me réjouis et me félicite de ce signal fort adressé par le Gouvernement à nos territoires.

Les colères, dans ce rapport au service public, viennent de loin.

Cette action politique est une réponse concrète au besoin de proximité. C’est un appel à poursuivre les efforts, à ne pas lâcher prise, et à faire ressortir ensemble tout ce qui peut nous unir : les forces de nos territoires qui vont leur permettre de surmonter les difficultés.

Le travail va et doit se poursuivre pour permettre à toutes et tous d’accéder à un espace France services en moins de 30 minutes d’ici 2022.

Désormais, défendre la ruralité, c’est du concret.

En savoir plus sur les espaces France services.

EN SAVOIR PLUS